Rencontre avec Marie Pavlenko 4°1 et 4°2

 

 

 

Questions à Marie Pavlenko Mardi 13 Novembre

Classes de 4°1 et 4°2

 

Cyrus : Qui vous a donné envie de devenir écrivain ?

J’ai toujours eu envie d’écrire. Pas trop encouragée par mes parents.

J’ai eu des lectures qui ont changé ma vie et qui m’ont aidées.

Ce qui m’a donné envie d’écrire c’est de lire.

 

Oriane Camille : De quelle origine êtes-vous ?

Je suis d’origine Française. J’ai une grand-mère Ukrainienne. J’ai aussi des origines espagnoles.

 

Myléna : Où avez-vous écrit ce livre ?

J’ai un bureau. J’y ai mes livres, mes plantes vertes, mon piano.

J’écris dans mon lit et dans mon canapé.

 

Enzo : Avec quoi préférez-vous écrire (stylo ou ordinateur ) ?

J’écris avec un ordinateur portable. C’est pratique pour écrire vite. J’ai besoin d’écrire vite quand les idées me viennent.

J’ai aussi un carnet.

 

Myléna : Quels genres d'histoires préférez-vous écrire ?

Tous les genres. Littérature de l’imaginaire. Fantaisie, SF, fantastique. Roman contemporain réaliste.

(Métaphore du chat)

 

 

Emma: Comment avez-vous trouvé l'inspiration pour écrire ce livre ?

L’inspiration n’existe pas. Il faut travailler, se « nourrir », lire, se promener, rencontrer des gens.

Écrire c’est travailler.

 

Nicholas : Quel est le but de ce livre ?

C’est au lecteur de me le dire.

Je voudrais que mon lecteur éprouve des émotions (rire, mal au cœur…). C’est plus dire dans un livre que dans un film.

 

Néo : Pourquoi Déborah dit-elle des gros mots ?

Parce que c’est une fille normale. Toutes les filles disent des gros mots.

Quand on écrit une fiction, on n’écrit pas la réalité. Mais la création raconte des choses vraies (sentiments, réactions…).

Cf La vie devant soit (Romain Gary)

 

Cesim : Pourquoi avez-vous fait lire Les Misérables à Deborah et avez-vous choisi de parler de Victor Hugo ?

La 1er fois que j’ai vu Victor Hugo, j’avais 20 ans avec Les Misérables. Victor Hugo c’est le meilleur. Son écriture m’a touchée (histoire d’amour entre Cosette et Marius). J’avais envie que Déborah ait un rapport particulier avec la littérature.

Lire ça sauve la vie.

 

Lucas : Pourquoi avoir donné ces noms aux personnages (Déborah, Anna, Isidore, Jamal, Erwan, Eloïse, Victor…) ?

Mon problème : pour pouvoir écrire, mes personnages doivent avoir le bon prénom.

J’ai tout de suite su que mon héroïne s’appellerait Déborah. Jamal, c’est un prénom que j’adore.

Isidore, le sens est venu après.

 

Yasin : Pourquoi l'action se passe-t-elle au lycée et pas au collège ?

Le Bac est très emblématique. C’est le dernier lieu où on est protégé. C’est le passage à l’âge adulte. Déborah manque encore de maturité et elle va comprendre beaucoup de choses.

 

Adrien : Pourquoi Isidore est-il dégoûtant ?

Au début, Isidore était gros, moche et il puait. Au fur et à mesure de l’écriture, la relation entre Déborah et le chien évolue. Elle se rapproche de lui et change son regard sur lui.

Isidore, c’est une métaphore. C’est l’image que Déborah porte sur elle-même. Son estime en elle va changer.

 

Kevin : Connaissez-vous Déborah ? Est-ce qu'elle existe ?

Je ne mets jamais de vrais gens dans mon livre. La littérature c’est l’imagination au pouvoir.

 

 

Lukas: Qui a choisi l'illustration de couverture ? Pourquoi des pâtes ?

Les coquillettes : l’explication est dans le livre.

C’est l’éditeur qui décide du titre et de la couverture. Moi, je veux savoir. Le studio de Flammarion m’a proposé cette couverture, et j’ai aimé.

Si la couverture est ratée ou qu’elle ne correspond pas au livre, cela peut empêcher de lire un livre.

 

Myléna : Pourquoi avoir choisi ce titre ?

Ce livre parle de bonheur, d’amour. C’est l’histoire d’une fille qui sauve sa maman.

 

Kenza Emeline : Pourquoi avez vous fait ce livre ?

Quand j’écris, quand je lis ou quand j’écris, je ressens toutes les émotions.

J’ai écris des BD, de scénari pour le TV ou le cinéma.

 

 

Visite de la Sucrerie de Nangis 3°1


Ce matin, nous avons visité la sucrerie de Nangis.

On a vu comment la betterave est transformée en sucre.

Il y avait plusieurs bâtiments pour l'entretien du site (mécanique, informatique, chaudronnerie...).

Le sucre de betterave a été fabriqué à l'époque de Napoléon  pour remplacer le sucre de canne  (Blocus).

C'est la feuille qui transmet le sucre à sa racine grâce à la photosynthèse.

Voici les étapes: Récolte - Lavage - Découpage - Diffusion - Evaporation - Cristallisation - Essorage - Séchage.

Il faisait très chaud dans l'usine à cause de la vapeur.

"C'était super. On a aimé goûter la betterave, le sucre et les sirops du sucre."
 "On a aimé la visite".

Merci à la sucrerie de Nangis. Merci au Forum de l'Environnement. Merci à Mario et José.
 

Les 3èmes1 visitent les Archives Départementales

     

« Il faut Collecter, Classer, Conserver et Consulter les documents. On a visité la Bibliothèque. » Yacine

 

« On a visité et on a vu un conservateur nettoyer les documents avec un aspirateur. » Naomie

 

« Ils reçoivent des documents de plusieurs taille : des mouillés, des pliés, des roulés, des emballés, des parchemins, des grandes affiches. » Valentin

 

« Les documents sont conservés à 18°, loin du soleil car ça pourrait les abîmer ou les faire jaunir. Quand ils sont humides, ils sont mis exprès dans une machine pour les déshumidifier. » Henda

 

« Lors de l’atelier, j’ai vu un livre qui parlait d’une famille et un registre avec des noms de soldats qui ont été hospitalisés et qui venaient du Maroc et du Portugal ». Léna

 

« J’ai bien aimé car c’était intéressant et j’ai appris beaucoup de choses. J’ai aimé la visite des Archives. » Célina

 

« On a vu un registre avec des soldats morts à cause de maladies dangereuses. » Lamia

 

« Aux Archives on n’avait pas le droit de toucher car les livres étaient très abîmés. Si quelqu’un emprunte un document il doit le dire a une personne qui travaille aux Archives et on lui apporte le document et il faut porter des gants ». Christopher


IPLG

«